La Noctuelle de la patience

La Noctuelle de la patience ne doit pas son nom à sa faculté à attendre, mais à certaines de ses plantes-hôtes, les patiences ou oseilles (Rumex en latin), d’où son nom latin Acronicta rumicis. C’est une chenille plutôt commune que l’on rencontre sur de nombreuses plantes basses.

Comment la reconnaître ?
La noctuelle de la patienceLa chenille de la Noctuelle de la patience est généralement de couleur brune, mais certains individus peuvent être particulièrement sombres ou très clairs. Son dos et ses flancs sont ponctués de touffes de soies orangées et brunes, plus denses sur l’avant du corps. Elle possède sur les côtés une épaisse bande blanche, plus ou moins continue et maculée de points rouges. Le dessus de la chenille est parcouru d’une rangée de points rouges entourés par deux rangées de points blancs. Sa tête est sombre, souvent rentrée dans le premier segment du thorax, ce qui lui donne un aspect « bossu ».
Confusion possible : La chenille de la Noctuelle de la patience peut être confondue avec celles du Bombyx cul-doré et du Bombyx cul-brun. Ce visuel peut vous aider à les différencier :

Trois chenilles

Plantes hôtes

Très polyphage, cette chenille se nourrit sur de nombreuses espèces ligneuses et herbacées : citons, parmi d’autres, aubépines, saules, pommiers, érables, rosiers sauvages et cultivés, aulne et bouleau, mais aussi potentilles, cirses, ronces, orties, trèfles, plantains, et bien évidemment patiences (Rumex). 

Quand et comment la rencontrer ?

Elle peut s’observer au printemps et surtout en été, sur le feuillage de ses plantes-hôtes. Cette espèce n’est pas grégaire.

Cette chenille est-elle dangereuse ?

Non. Elle n’est pas dangereuse pour l’homme ou les animaux domestiques, et n’est pas nuisible pour les plantes du jardin. Si vous trouvez une chenille de Noctuelle de la patience en train de se nourrir d’une plante que vous souhaitez préserver, vous pouvez la déplacer en dehors de votre jardin à l’aide d’une petite cuillère et d’un récipient.
Par précaution, si vous avez la peau sensible, évitez de toucher à main nue une chenille que vous n’avez pas identifiée avec certitude. 

Galerie photo

10 (2)11 (2)cat (17)Chenille de Noctuelle de la patience observée à Petit-Noir (39) le 10 juin 2018. Je l’avais prélevée dans le but de l’élever jusqu’à l’émergence du papillon, mais elle était parasitée…

La même chenille quelques jours plus tard :

2
Une autre chenille observée cette fois-ci le 23 août 2020 à Abreschviller (57). Je regrette de ne pas avoir pris de meilleures photos ce jour-là, mais je l’ai rapidement perdue de vue !
3La même dans ma main.


Photographies libres de droits utilisées :
– Chenille de Noctuelle de la patience (utilisée pour la fiche d’identification) d’après une photographie de Yersinia pestis sur Flickr;
– Imago d’après une photographie de Wim Rubers sur Wikimedia commons.

Dernière mise à jour de la page : mars 2021