Le Bombyx du chêne

Cette grosse chenille brune et noire à la pilosité bien développée fait partie des chenilles les plus fréquemment rencontrées au printemps… et les plus fréquemment confondues avec les chenilles processionnaires !

Comment la reconnaître ?

Le bombyx du chêne.pngLa chenille du Bombyx du chêne peut être confondue avec celle du Bombyx du trèfle. Cette dernière lui ressemble beaucoup mais est plus rousse.

Plantes hôtes

Très polyphage, la chenille du Bombyx du chêne se rencontre sur de nombreuses plantes, parmi lesquelles on peut citer les aubépines, les chênes, les aulnes, les saules , les prunelliers et autres Prunus, le lierre, les ronces, les rosiers…

Quand et comment la rencontrer ?

Les chenilles naissent à la fin de l’été. Contrairement à d’autres espèces de Lasiocampidés comme les Livrées ou le Bombyx de la ronce, ses œufs ne sont pas déposés par groupe sur une surface, mais pondus au vol par la femelle ; ils tombent donc au hasard dans la végétation, et c’est à la chenille naissante de trouver sa nourriture. On peut observer vers septembre de jeunes chenilles déjà développées (voir photos plus bas), mais c’est surtout au printemps et en été, vers mai-juin, que l’on rencontre la chenille plus âgée.

Cette chenille est-elle dangereuse ?

Je n’ai personnellement jamais eu de problème en manipulant à mains nues les chenilles de cette espèce, mais certains témoignages rapportent que des démangeaisons ou réactions auraient suivi un contact direct avec elle. Si vous avez une peau sensible ou êtes sujet aux réactions allergiques, évitez de la manipuler à mains nues (il est toujours possible de la déplacer de son jardin, par exemple avec une petite cuillère).
Attention cependant avec son cocon. Avant la nymphose, la chenille tisse un cocon de forme ovale et de couleur brune, garni de petits poils et qui peuvent provoquer des démangeaisons s’ils sont touchés à mains nue (il ressemble à un petit kiwi allongé, photo ici). Prudence donc si vous tombez sur un cocon de ce type.

Galerie photos

Lasiocampa quercus (6).png

Lasiocampa quercus (5)

Lasiocampa quercus (7)

Lasiocampa quercus (3).pngJeune chenille en automne, prête à passer l’hiver

Lasiocampa quercus (4)

Lasiocampa quercus (2)Je n’avais hélas pas le temps de m’attarder trop sur elle pour faire des photos de meilleur qualité, mais admirez tout de même la finesse des motifs de son corps !

Pour aller plus loin


Dernière mise à jour de la page : avril 2020