Le Bombyx disparate

Au cours du mois de mai, d’étranges chenilles poilues peuvent « envahir » nos jardins. Leurs deux taches noires sur la tête, évoquant les yeux d’un smiley, leur donnent un aspect sympathique ; et leur dos est orné de rangées de curieux points rouges et bleus. Ce sont les chenilles du Bombyx disparate. Sont-elles dangereuses pour l’homme, ou pour les arbres ? Réponses dans cet article…

Comment le reconnaître ?

Bombyx 3.png
La chenille du Bombyx disparate est très sombre et presque entièrement noire à la naissance, mais on peut déjà facilement la reconnaître grâce à ses deux petites protubérances disposées de chaque côté de sa tête et desquelles part une touffe de soies assez longues. En grandissant, des points bleus et rouges deviennent visibles sur son dos, dans un premier temps sur une seule rangée (points rouges-orange) puis sur deux. On peut alors observer 5 paires de points bleus sur la partie supérieure de sa face dorsale, suivis de 6 paires de points rouges. S’ajoutent à cela ses deux taches noires sur la tête, la rendant impossible à confondre avec d’autres chenilles. 
Sa chrysalide est, elle aussi, très singulière et aisément reconnaissable : c’est la seule chrysalide française, à ma connaissance, qui soit poilue ; le dimorphisme sexuel est déjà visible à ce stade, les chrysalides des mâles étant plus petites que celles des femelles (voir galerie photos, plus bas). 
Enfin, les imagos sont eux aussi assez facilement reconnaissables. La femelle est munie de deux paires d’ailes blanches ornées de noir, dont elle n’a pas l’usage puisqu’elle ne vole pas. Le mâle arbore quant à lui une livrée tout à fait différente : il est d’un brun très classique pour un papillon « de nuit », mais porte de très longues antennes pectinées lui donnant des airs, lorsqu’on l’observe de face, de petit lapin. C’est le mâle qui, après être sorti de sa chrysalide, rejoint la femelle pour s’accoupler. Cette dernière pond ensuite une grande quantité d’œufs qu’elle recouvre de poils pour les protéger, avant de mourir. 

Quand et comment rencontrer sa chenille ?

On la rencontre dès le mois de mai un peu partout autour des arbres : dans les jardins, dans les forêts… Elle s’observe parfois en groupes plus ou moins importants, ce qui lui vaut parfois d’être confondue avec les chenilles processionnaires. Au moment de la nymphose (= lorsqu’elle s’apprête à devenir chrysalide), elle cherche un endroit calme et peut rentrer dans les nichoirs ou dans les bâtiments ; c’est ainsi qu’il est fréquent de trouver, en nettoyant les nichoirs en automne, plusieurs chrysalides vides, quelques femelles adultes mortes, et leurs œufs regroupés et recouverts de poils ; les femelles étant peu mobiles, elles s’éloignent peu de leur chrysalide après émergence et pondent généralement leurs œufs à proximité de celle-ci. 

Plantes hôtes

La chenille du Bombyx disparate est polyphage sur de nombreuses essences d’arbres ; on peut citer les aubépines, les chênes, les bouleaux, le prunellier et les autres arbres du même genre, les saules, les peupliers… 

Cette chenille est-elle dangereuse ?

Malgré la présence de soies (« poils ») sur son corps, cette chenille n’est pas urticante et peut être manipulée sans aucun danger. En revanche, elle peut causer quelques problèmes dans les jardins les années où elle pullule, en défoliant certains arbres, voire des forêts entières lors de très grosses pullulations.

Galerie photos

Lymantria dispar (6)Très jeune chenille de Bombyx disparate.

Lymantria dispar (1)Chenille à un stade plus avancé ; notez les protubérances sur les côtés de la tête d’où partent de longues soies vers l’avant.

Lymantria dispar (3)Chenille de face.

Lymantria dispar (2)Chenille en cours de mue : l’ancienne peau est encore visible.

1Chrysalides du Bombyx disparate : mâle à gauche (déjà sorti) et femelle à droite.

23Détails de la pilosité de la chrysalide.

Pour aller plus loin

Biologie et développement du Bombyx disparate par André Lequet.


Photographie libre de droit utilisée :
– Chenille du Bombyx disparate par l’utilisateur Didier Descouens sur Wikimedia commons. 

Dernière mise à jour de la page : avril 2020