Toutes les chenilles poilues sont-elles urticantes ?

Si vous avez trouvé une chenille « poilue » et que vous voulez savoir s’il s’agit d’une processionnaire ou non, consultez plutôt cet article :
Processionnaires et autres chenilles « poilues » : ne les confondez plus !

On entend souvent dire que les chenilles couvertes de poils sont urticantes, et qu’il faut par conséquent s’en méfier, voire s’en débarrasser. En France métropolitaine, beaucoup de chenilles présentent une pilosité plus ou moins développée : c’est le cas principalement des chenilles appartenant à la famille des Lasiocampidés, des Érebidés, et de certains Noctuidés. Toutes sont-elles dangereuses ou urticantes ?

La réponse est : non !

La grande majorité des chenilles poilues est totalement inoffensive, c’est-à-dire qu’on peut les manipuler sans aucun risque. Toutefois, certaines espèces sont à manipuler avec précaution. On peut ranger les chenilles poilues dans 3 catégories :

Les chenilles réellement urticantes = celles qu’il faut vraiment éviter de toucher

La plupart des entomologistes s’accordent pour dire que 3 espèces sont vraiment urticantes en France : la Processionnaire du chêne (Thaumetopoea processionea), la Processionnaire du pin (Thaumetopoea pityocampa), et le Bombyx cul-brun (Euproctis chrysorrhoea).

Chenilles urticantes

Les chenilles potentiellement urticantes

Il s’agit d’espèces qui ne sont pas franchement urticantes (ou, du moins, qui ne provoquent pas de réaction aussi importantes que les 3 espèces citées ci-dessus), mais qu’il convient tout de même de manipuler avec précaution. J’ai eu l’occasion de manipuler à plusieurs reprises les espèces que j’évoque ici, et je n’ai jamais eu de réactions particulières.

Chenilles potentiellement urticantes

Les chenilles totalement inoffensives : quelques exemples

Ce sont des chenilles qui sont réputées pour être inoffensives, et pour lesquelles aucun cas de réaction au contact des poils n’a été rapporté.

Chenilles non urticantes

Ce qu’il faut retenir de cet article

Sur les plus de 5000 espèces de papillons (et donc de chenilles) que l’on trouve en France, moins d’une dizaine est réellement susceptible de provoquer des réactions cutanées. Lorsque vous croisez une chenille poilue que vous n’avez jamais vue auparavant et dont vous ignorez l’identité, par mesure de précaution, ne la manipulez pas à main nue. Mais ne l’écrasez pas pour autant ! En dehors des 3 espèces mentionnées dans la première catégorie, toutes les chenilles peuvent être déplacées à l’aide d’une feuille ou d’une cuillère ou de n’importe quel objet, s’il est nécessaire de les déplacer pour les mettre hors de portée d’un enfant ou d’un animal domestique. En cas de doute, vous pouvez me contacter sur la page facebook du site en m’envoyant une photo de la ou des chenilles concernées, et je vous indiquerai s’il s’agit d’une espèces dangereuse ou non.

Pour en savoir plus…

Si vous souhaitez apprendre à différencier les processionnaires des autres chenilles poilues, consultez la page : Processionnaires et autres chenilles « poilus » : ne les confondez plus ! J’y présente une vingtaine d’espèces de chenilles « poilues » fréquemment confondues avec les chenilles processionnaires.