L’Écaille du séneçon

Les chenilles de l’Écaille du séneçon sont toxiques et en annoncent la couleur : parées de jaune et de noir, leurs rayures rappellent celles des guêpes. On parle alors de couleurs aposématiques, sensées indiquer à un potentiel prédateur qu’elles ne sont pas bonnes à manger.

Comment reconnaître sa chenille ?

L'écaille du séneçon.pngCette chenille est facile à reconnaître, d’autant plus qu’elle ne se rencontre que sur une ou deux espèces de plantes. On peut en revanche la confondre avec les jeunes chenilles du Bombyx de la ronce, mais ces dernières sont, d’une part, poilues, et d’autre part, noires rayées d’orange et non l’inverse.

Plantes hôtes

On rencontre le plus souvent cette chenille sur le Séneçon de Jacob (Jacobaea vulgaris), mais elle consomme aussi les feuilles et les capitules du Séneçon à feuilles de roquette (Jacobaea erucifolia).

Quand et comment la rencontrer ?

Elle est visible de juin à août environ. Pour la trouver, il faut inspecter les plants de Séneçons, au niveau des feuilles et des capitules.

Cette chenille est-elle dangereuse ?

Elle ne présente aucun danger pour l’homme, comme elle ne possède pas de poils urticants. En revanche, elle est toxique et il est donc déconseillé d’essayer de la manger…

Pour aller plus loin


Photographies utilisées :
– Chenille de l’Écaille du séneçon par l’utilisateur Quartl sur Wikimedia commons.
– Imago par Kurt Kulac sur Wikimedia commons.

Dernière mise à jour de la page : avril 2020