Le Bombyx de la ronce

Nommée en anglais « Fox moth » (qu’on pourrait traduire très littéralement par « papillon de nuit renard »), le Bombyx de la ronce est un sympathique Lasiocampidé dont la chenille, très poilue, s’observe surtout en automne et au tout début du printemps.

Comment la reconnaître ?

Le bombyx de la ronce.png

Plantes hôtes

Cette chenille apprécie les plantes de la famille des Rosacées : ronces, églantiers et rosiers, prunellier et autres Prunus, potentilles … Mais également d’autres plantes basses de la famille des Fabacées, des Éricacées… Elle ne se nourrit donc pas que de ronces, contrairement à ce que son nom pourrait laisser penser.

Quand et comment la rencontrer ?

On peut l’observer durant une grande partie de l’année, mais elle est essentiellement visible en automne, au moment où les chenilles atteignent leur développement maximal et se mettent à la recherche d’un endroit pour passer l’hiver.

Particularités

C’est l’une des chenilles que l’on peut rencontrer le plus tardivement dans l’année, en raison de son cycle de développement légèrement décalé par rapport à la plupart des autres espèces. Les chenilles sont en principe visible dès leur éclosion en mai-juin, mais sont à ce moment petites et discrètes, occuper à se nourrir. C’est surtout lorsqu’elles atteignent leur dernier stade larvaire, en septembre – octobre, qu’on les observe se promener sur les bords des chemins de campagne et dans les jardins, à la recherche d’un endroit à l’abri dans lequel elles passeront tout l’hiver. Au printemps, elles se réveillent et après quelques jours tissent un cocon dans lequel a lieu leur nymphose.

Les œufs du Bombyx de la ronce sont très caractéristiques, et facilement reconnaissables à leur forme allongée et à leur coloration (voir photo plus bas). Comme les chenilles sont assez polyphages, la femelle Bombyx de la ronce peut pondre ses œufs un peu n’importe où : on peut les trouver au printemps sur les feuilles ou les branches, mais aussi sur les cordes à linge, les bords de fenêtres, les façades des maisons… Les chenilles ne sont pas grégaires et se dispersent dès la naissance pour trouver leur nourriture.
On peut confondre les œufs du Bombyx de la ronce avec ceux du Petit paon de nuit, mais ces derniers sont plus sombres et généralement pondus directement dans les arbres-hôtes des chenilles.

Cette chenille est-elle dangereuse ?

Malgré sa pilosité développée, cette chenille n’est pas réputée pour être urticante. Il est possible de la faire monter sur sa main pour l’observer ou la déplacer.

Galerie photos

Oeufs du Bombyx de la ronceŒufs de Bombyx de la ronce.6.pngJeune chenille sortie de l’œuf il y a peu.

13Deux jeunes chenilles à un stade plus avancé.

Macrothylacia rubi (2)Chenille proche du dernier stade, rencontrée en août 2017 dans le Jura.

Macrothylacia rubi (5)Macrothylacia rubi (6)Chenille au dernier stade larvaire, à la fin de l’hiver. Trouvée le 23 février 2019 en Savoie, à environ 1000m d’altitude. La neige venait de fondre à l’endroit où elle a été découverte. 

Macrothylacia rubi (4)Macrothylacia rubi (3)La même, rapportée à la maison pour terminer son élevage.

Sans titreChrysalide du Bombyx de la ronce. Celle-ci était parasitée.

Pour aller plus loin


Photographies utilisées :
– Imago du Bombyx du trèfle par l’utilisateur Père Igor sur Wikimedia commons.

Dernière mise à jour de la page : mars 2021