La Pyramide (et la Noctuelle berbère)

La Pyramide est une chenille verte que l’on peut observer dans les arbres au printemps. Sa posture caractéristique, la tête en bas et les pattes dressées vers l’avant, la rend impossible à confondre… enfin, presque !

Comment la reconnaître ?

La pyramide
Confusion possible. Cette chenille peut être confondue avec deux autres espèces : la Noctuelle berbère (Amphipyra berbera), qui lui ressemble beaucoup, et la Noctuelle sphinx (Asteroscopus sphinx), assez différente mais partageant la posture des deux précédentes. Cette fiche résume les principaux critères permettant de les différencier :
Trois autres chenilles(Je me suis inspirée pour ce visuel de celui qu’on peut trouver sur cette page et qui m’avait beaucoup aidée à identifier mes chenilles !)
Ces trois espèces ne doivent pas non plus être confondues avec les chenilles de sphinx (famille des Sphingidés), qui possèdent souvent à l’extrémité de l’abdomen une protubérance pointue (scolus) rappelant un dard ou une corne. 

Plantes hôtes

La Pyramide et la Noctuelle berbère sont deux chenilles polyphages qui se nourrissent sur divers feuillus. Elles peuvent être observées sur les saules, les noisetiers, les framboisiers, les érables, les frênes, les noyers, les chênes, les lilas…

Quand et comment la rencontrer ?

On peut rencontrer ces chenilles au printemps, de mi-avril à mi-juin. Bien camouflées et immobiles dans les arbres, elles peuvent être assez difficiles à trouver, mais la présence de feuilles grignotées et de crottes (s’il y a des feuilles sous la chenille) peuvent les trahir. 

Cette chenille est-elle dangereuse ?

Non, pas du tout.

Galerie photo

cat (25)Chenille de Pyramide observée aux Charmettes, près de Chambéry (73), le 2 mai 2018.
2 (2)Une autre à Montalieu (38), le 29 avril 2020.
1Une Noctuelle berbère cette fois-ci, observée à Givet (08) le 17 mai 2018.


Photographies libres de droits utilisées :
– Imago de la Pyramide d’après une photo de Didier Descouens sur Wikimedia commons.

Dernière mise à jour de la page : mars 2021