Le Gazé

Le Gazé, ou Piéride de l’aubépine, est un papillon blanc aux ailes nervurées de noir. Il était autrefois si commun en France qu’on le considérait comme nuisible, car ses chenilles pouvaient faire des dégâts dans les vergers en consommant les feuilles des arbres fruitiers. Mais cette espèce a depuis connu un fort déclin, et n’a plus été observée dans certains départements de France depuis des années. La destruction des haies bocagères au profit des grandes zones de monoculture, et l’utilisation de pesticides de synthèse auraient largement contribué à sa raréfaction. Cette espèce est malgré tout encore commune dans certaines régions de France.

Comment le reconnaître ?

Le gazéLes chenilles du Gazé, grégaires aux premiers stades larvaires, sont parfois confondues avec les chenilles processionnaires. Elles n’ont pourtant pas grand chose à voir avec ces dernières, et sont totalement inoffensives, dépourvues de poils urticants.
On reconnaît les chenilles de cette espèce à leur dessous gris clair et à leur dessus noir et orangé. Les jeunes chenilles vivent en groupe dans une toile de soie tissée sur les branches de leur arbre-hôte.

Plantes hôtes

La chenille du Gazé se nourrit essentiellement de plantes de la famille des Rosacées : prunellier, aubépines, divers arbres fruitiers (pommiers, poiriers…), églantiers, etc. La bourdaine est également citée comme plante-hôte.

Quand et comment le rencontrer ?

Surtout dans les milieux bocagers, dans les haies d’arbustes indigènes bordant les prairies. Les chenilles sont généralement faciles à trouver dans les aubépines et les prunelliers, parfois dans des arbustes de petite taille.

Cette chenille est-elle dangereuse ?

Les chenilles du Gazé sont inoffensives.

Galerie photo

5 (2)7Chenilles de Gazé dans une aubépine. On peut voir sur ces clichés la petite tente de soie tissée par les chenilles. Observées à Pont-d’Ain (01) au cours du printemps 2019.

5Chenille vue du dessus, toujours dans une aubépine, à Crémieu (01) au printemps 2019.

4Chenille en pré-nymphose, sur le point de se métamorphoser en chrysalide. La petite ceinture de soie qu’elle a tissé lui permettra de rester fixée au support jusqu’à l’émergence du papillon.

16Chrysalide dans un prunellier à Mépieu (38), toujours au printemps 2019.

8Imago du Gazé. Photographié en Vanoise au cours de l’été 2018. 

Pour aller plus loin


Dernière mise à jour de la page : mai 2020