L’Écaille marbrée

Joliment parée de noir, de rouge, d’orange et de blanc, l’Écaille marbrée fait sans doute partie des plus belles écailles de nos régions. Sa chenille est tout aussi élégamment parée de jaune et de noir.

Comment la reconnaître ?

L'écaille marbrée.png

Plantes hôtes

Les orties, les ronces, les patiences, le prunellier ou encore les consoudes figurent au menu de la chenille de l’Écaille marbrée, mais on peut également la rencontrer sur d’autres plantes.

Quand et comment la rencontrer ?

On rencontrerait davantage l’Écaille marbrée dans les milieux ombragés et/ou humides : lisières, ripisylves, clairières… Sa chenille peut être observée au printemps (avril-mai) sur sa plante-hôte. Elle passe l’hiver à l’abri dans la litière ou sous l’écorce des arbres.
Dans les jardins, elle peut être observée lorsqu’elle arrive au terme de son développement larvaire et qu’elle se met à la recherche d’un endroit propice à la nymphose.

Particularités

L’Écaille marbrée figure sur la liste des insectes protégés en Île de France.

Cette chenille est-elle dangereuse ?

Elle est totalement inoffensive : ses poils ne sont pas urticants.

Galerie photos

Callimorpha dominula (4)Callimorpha dominula (3)Callimorpha dominula (1)Chenille d’Écaille marbrée rencontrée en avril dans une clairière menant à la croix du Nivolet (Savoie, France). Elle se nourrissait sur des feuilles d’Anthricus sylvestris, une Apiacée.

 

Dernière mise à jour de la page : avril 2020