L’Écaille marbrée (Callimorpha dominula)

Joliment parée de noir, de rouge, d’orange et de blanc, l’Écaille marbrée ou Écaille lustrée (Callimorpha dominula) fait sans doute partie des plus belles écailles de nos régions. Sa chenille est tout aussi élégamment parée de jaune et de noir.

Reconnaître l’Écaille marbrée

3

La chenille de l’Écaille marbrée est noire et porte, sur le dessus du corps et sur chaque côté, une bande jaune tachetée de blanc. Elle est couverte de courtes soies noires partant d’une petite verrue. Sa tête est relativement petite, noire et brillante.

Cycle de vie

Chez l’Écaille marbrée, la femelle pond vers le mois de juillet ses œufs par petits groupes sous les feuilles des plantes-hôtes. Après une quinzaine de jours d’incubation, les chenilles éclosent et commencent à se développer en restant groupées. Elles hibernent à l’état de jeunes chenilles, dans la litière ou parfois sous l’écorce des arbres.
Elles reprennent leur activité au printemps, isolément ou en petit groupe, se nourrissant dans la journée (alors que les imagos sont nocturnes). Leur développement larvaire s’achève vers fin mai, et elles quittent alors leur plante-hôte pour tisser un petit cocon dans la litière et s’y nymphoser. Les adultes émergent en juin.
En France, cette espèce ne connaît qu’une génération par an.

Plantes-hôtes

Figurent parmi les nombreuses plantes-hôtes de cette espèce polyphage, les Orties (Urtica), les Patiences (Rumex), les Consoudes (Symphytum), les Ronces et Framboisiers (Rubus), la Reine-des-Prés (Filipendula ulmaria), les Cirses (Cirsium), les Myosotis, les Lamiers (Lamium), les Renoncules (Ranunculus)…

Répartition

Cette Écaille est présente partout en Europe à l’exception de l’extrême Nord. En France, elle peut être rencontrée à peu près partout jusqu’à 1500 mètres d’altitude. Elle n’a pas été observée en Corse.

Comment rencontrer cette chenille ?

L’Écaille marbrée affectionne préférentiellement les milieux ombragés et humides : lisières, ripisylves, clairières… Les jeunes chenilles peuvent être observées en petits groupes en automne, puis les chenilles plus âgées au printemps (mai et juin), sur le feuillage de leurs plantes-hôtes. Leur activité diurne les rend plus faciles à observer.

Menaces et protection

L’Écaille marbrée souffre de la disparition de ses biotopes de prédilection, et est en déclin dans de nombreuses régions. Comme pour beaucoup d’autres espèces, la raréfactions des milieux ouverts et humides de qualité au profit de plantations forestières denses, impropres à son développement, participe à son déclin. Elle figure sur la liste des insectes protégés en Île de France.

Galerie photos (cliquez sur les photos pour les afficher en grand !)

Bibliographie

  • D. J. Carter, B. Hargreaves, Guide des chenilles d’Europe, Delachaux et Niestlé
  • J-F. Aubert, Papillons d’Europe I, Delachaux et Niestlé
  • B. Henwood, P. Sterling, R. Lewington, Field Guide to the Caterpillars of Great Britain and Ireland, Bloomsbury Wildlife Guides
  • H. Bellmann, Quel est ce papillon ?, Nathan
  • A. Lequet, Biologie et développement de l’Écaille martre (sur son site internet ou en PDF dans la revue Insectes)
  • Bestimmungshilfe für die in Europa nachgewiesenen Schmetterlingsarten : Callimorpha dominula
  • Lepidoptera and their ecology : Callimorpha dominula
  • Moths and Butterflies of Europe and North Africa : Callimorpha dominula
  • Lépinet : Callimorpha dominula
  • Artemisiae, le portail dynamique national sur les papillons de France : Callimorpha dominula

Dernière mise à jour de la page : août 2021