Le Citron

En parcourant des yeux le feuillage d’une Bourdaine ou d’un Nerprun au printemps, votre regard se posera peut-être sur une drôle de chenille verte, immobile sur la nervure d’une feuille. C’est la chenille du Citron (Gonepteryx rhamni), ce joli papillon jaune bien connu de tous qui, au tout début du printemps, fait partie des premiers à voler dans nos campagnes.

Comment le reconnaître ?

Le Citron

Plantes hôtes

La chenille du Citron se nourrit essentiellement sur les plantes appartenant à la famille des Rhamnacées (c’est d’ailleurs de là que vient son nom latin rhamni !), comme le Nerprun purgatif (Rhamnus cathartica), le Nerprun alaterne (Rhamnus alaternus) ou la Bourdaine (Frangula alnus).

Cycle de vie

C’est au début du printemps, vers les mois de mars et d’avril, que Madame Citron choisit quelques buissons bien portants pour y pondre ses œufs. Pour faciliter le travail à sa future progéniture, elle les dépose isolément ou en petit groupe sur les bourgeons à peine ouverts. Une semaine plus tard, lorsque les feuilles ont commencé à se développer, la petite chenille du Citron sort de son œuf.
Les premières semaines de sa vie, elle reste timidement cachée en dessous des feuilles, à l’abri des prédateurs. Après sa deuxième mue, elle s’étale au repos sur la nervure des feuilles, comptant sur sa couleur proche de celle des feuilles pour passer inaperçue. Au terme de son développement, pouvant être assez rapide (de l’ordre d’un mois), la chenille se fixe à la verticale à une branche et se tisse une petite ceinture de soie, caractéristique des Piéridés et des Papilionidés. Bien accrochée à son support, elle se nymphose alors : sa chrysalide, verte, assez singulière, ressemble un peu à une feuille.
Après deux semaines, l’imago (= papillon) quitte l’enveloppe de la chrysalide : nous sommes alors au milieu de l’été. Le Citron n’est pas trop pressé de se reproduire : il attendra pour cela le printemps prochain. En attendant, il fréquente volontiers les jardins à la recherche de plantes à butiner. Il apprécie tout particulièrement les plantes à capitules, riches en nectar : Cirses, Chardons, Centaurées, Knauties… Bien repus, il lui arrive d’entrer en diapause durant une partie de l’été, reprenant alors ses activités en automne.
Lorsque les températures commencent à baisser, il quitte les jardins en direction des sous-bois frais et humides, et se met à la recherche d’un petit abri pour passer l’hiver. Il s’installe souvent près du sol, au revers d’une feuille de Lierre ou de Ronce, mais parfois aussi dans les anfractuosité d’un arbre ou d’un mur de pierre, voire dans les habitations humaines. Ni le froid ni la neige ne lui font peur : il peut résister aux températures négatives des longs mois d’hiver, même sous une épaisse couche de neige.
Dès la fin de l’hiver, il fait partie des premiers papillons à se remettre en activité, et butine les premières fleurs du printemps. Au retour des beaux jours, le mâle, territorial, s’installe en hauteur pour surveiller son domaine et chasser les autres mâles. Lorsqu’il repère une femelle, il la poursuit, et le couple entame une parade nuptiale au cours de laquelle la femelle vole à la verticale, suivie de près par le mâle. L’accouplement a lieu au sol ou dans la végétation : la femelle écarte les ailes et dresse l’extrémité de son abdomen.

Quand et comment le rencontrer ?

La chenille du Citron peut être observée sur les Nerpruns et les Bourdaines, surtout de mi-mai à mi-juin. Pour la trouver, il faut cherche des feuilles dont les extrémités ont été grignotées : la chenille n’est généralement pas loin. Sur les Nerpruns, on peut aussi observer une autre chenille : celle de la Phalène des nerpruns (Philereme transversata), bien différente de celle du Citron.

Galerie photo

3 (2)Un œuf de Citron sur un rameau de Bourdaine à Guignicourt-sur-Vence (08)chenille (10)Chenille du Citroncat (9)Au même endroit un mois jour pour jour plus tard, une belle chenille déjà bien développée !20Un citron butinant un chardon à Petit-Noir (39) le 9 juin 2017.

Pour aller plus loin


Dernière mise à jour de la page : mars 2021